Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier


Photos inedites de Kadhafi..comment ses innocents enfants ont basculé en terreur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Photos inedites de Kadhafi..comment ses innocents enfants ont basculé en terreur

Message par khalid_a le Ven 13 Nov - 13:23

Vous n'avez jamais vu ses photos et vous ne les verrez que sur mimouni ou sur les espaces qui les ont plagées ou copiées ici
les enfants et filles de Kadhafi, comment ces moms innocents ont ils basculé dans la terreur, la violence, le rapt, l'exploitation et la prise en otage de tout un peuple



avatar
khalid_a
Admin

Messages : 127
Date d'inscription : 08/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Photos inedites de Kadhafi..comment ses innocents enfants ont basculé en terreur

Message par khalid_a le Ven 13 Nov - 13:27

khalid_a a écrit:Vous n'avez jamais vu ses photos et vous ne les verrez que sur mimouni ou sur les espaces qui les ont plagées ou copiées ici
les enfants et filles de Kadhafi, comment ces moms innocents ont ils basculé dans la terreur, la violence, le rapt, l'exploitation et la prise en otage de tout un peuple



année 2011
le figaro reportage
À Tripoli, les enseignants encadrent strictement les écoliers et leur délivrent, en plus des cours, la bonne parole du régime.

Au premier coup de sifflet, ils dévalent, dans un brouhaha inaudible, les marches des escaliers de l'école Zahrat el-Fatah. Au milieu de la cour de récréation, Souad Sultan, la directrice en foulard, les attend au garde à vous, avec sa partition bien rodée. «Allah, Mouammar et la Libye, c'est tout!», entonne-t-elle d'une voix aiguë, le poing levé vers le ciel, devant tous ces bambins surexcités. Dans leur uniforme bleu foncé, ils reprennent aussitôt en chœur, tels de petits automates, l'ode consacrée à «l'oncle Kadhafi». Les plus costauds ont même décroché le portrait du dirigeant libyen de leur salle de classe pour le brandir à bout de bras. Comme un jeu abrutissant, dont ils ne maîtrisent ni les tenants ni les aboutissants, ils se mettent à l'inonder de baisers.

Ces enfants de Tripoli ont entre 8 et 14 ans. Ils ont encore l'âge de jouer aux billes et à la corde à sauter. Mais à l'école publique Zahrat el-Fatah, qui vient de rouvrir ses portes, après trois semaines d'interruption pour cause d'affrontements entre pro et anti-Kadhafi, même les pauses ludiques ont le goût de la propagande. Ici, aucun signe de révolte ne transparaît. Les photos du colonel Kadhafi, au pouvoir depuis plus de quarante et un ans, sont fermement accrochées aux murs.
Les préceptes du «livre vert»

Confortée par la récente reprise de la ville rebelle de Zaouiah, à l'ouest, et du port pétrolier de Ras Lanouf, à l'est, Najia Arabi, une institutrice, brandit le «petit livre vert», la «bible» du régime, comme un rempart contre les «ennemis de la Libye»: al-Qaida, la télévision al-Jezira, les Américains, la Ligue arabe, ou encore la France - premier pays à avoir reconnu le gouvernement de l'opposition, à l'Est -… La liste est longue, mais «In cha' Allah», poursuit-elle, «la Libye sortira la tête haute, comme après la colonisation italienne».

Ce fameux «livre vert», elle en enseigne les préceptes à ses élèves, à raison d'une heure par semaine. «Je leur rappelle que Kadhafi n'est que l'humble guide de la révolution libyenne, et que c'est le peuple qui gouverne, par le biais des comités populaires. Un vrai modèle de démocratie dont devraient s'inspirer d'autres pays!», dit-elle, en omettant de préciser l'absence d'élections, et la violence des milices qui matent le moindre opposant. En bon petit soldat du régime, Najia Arabi détaille fièrement les privilèges reçus en échange de son allégeance au Guide: «J'ai un bon logement, une voiture, un salaire de 500 dinars par mois. Et récemment, j'ai eu droit à une aide supplémentaire de 400 dinars sur mon compte bancaire. Que demander de plus?»
«Dis que tout va bien!»

La fin de la récréation a sonné. Enivrée de propagande, Najia Arabi nous offre une tournée des classes.

Au rez-de-chaussée droit, un cours de mathématique s'apprête à démarrer. Un surveillant en costume cravate tire un des élèves de derrière son pupitre. «Allez, dis à la journaliste que tout va bien!», lui glisse-t-il en arabe. À la question de savoir s'il est content d'avoir repris les cours, il répond: «Oui, parce que pendant plusieurs jours, j'ai vraiment eu peur, très peur…» De quoi? «Euh, de rien du tout… De rater mes examens», se ressaisit-il, au premier cou de coude dudit surveillant. «Il faut que les médias racontent la vérité. À Tripoli, tout va bien… Les écoles ont juste fermé pour quelques jours… Je vous le jure, il ne s'est rien passé à Fachloun, Souk el-Jemaa et Tadjoura (épicentres des accrochages du début de la révolte, NDLR)», bégaye-t-il, en répétant mot à mot les paroles que le cerbère lui souffle à l'oreille. Avant d'enchaîner: «On veut Kadhafi, on a besoin de Kadhafi!», sous les applaudissements des autres élèves.
«Les gens sont effrayés»

De retour dans le couloir, une adolescente en foulard blanc s'approche discrètement de nous. Profitant de l'absence momentanée du surveillant, elle lâche, dans un parfait anglais: «Il y a beaucoup de problèmes en Libye: la corruption, la censure… On a du pétrole, mais l'argent est mal réparti.» S'excusant de «ne pas savoir mentir», elle enchaîne: « Depuis qu'on a repris les cours, les classes sont à moitié vides. Les gens sont effrayés par la situation, c'est normal. Ma mère, elle, a arrêté de travailler depuis que son directeur a été tué pour des raisons que j'ignore. À ce qu'il paraît, il y a eu beaucoup de morts.»

Fan de séries américaines et accro à Facebook, la jeune fille enrage de ne plus pouvoir accéder à Internet, bloqué depuis plus d'une semaine. «Ils ont même brouillé al-Jezira pour nous forcer à regarder la télé nationale. Mais tout ce que dit cette chaîne, c'est “vert”, alors, à quoi bon?», s'énerve-t-elle. Au bout du couloir, les talons de la directrice résonnent sur le carrelage. «La Libye est un pays uni. Ici, nous sommes tous des frères. Personne ne veut de guerre!», déclame-t-elle, en changeant aussitôt de sujet, avant de disparaître dans sa salle de cour.
avatar
khalid_a
Admin

Messages : 127
Date d'inscription : 08/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum