Juin 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier


Aznar le Maroc ne te salue pas vad retro satana!

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aznar le Maroc ne te salue pas vad retro satana!

Message par laazib le Lun 9 Nov - 0:16


En bon élève de Manuel Fraga, un ancien ministre de la Communication du dictateur Franco, et de l’église espagnole, José Maria Aznar a, durant huit ans, adopté des positions contraires aux intérêts du Maroc. Ses nouvelles mémoires en sont la preuve


Le Maroc est présent dans le second tome des mémoires de José Maria Aznar, « L’engagement du pouvoir ». L’ancien Chef du gouvernement espagnol (1996-2004) y évoque en 1998 des discussions tendues, au Maroc, entre lui et le roi Hassan II et une année auparavant des échanges de vues assez virulents avec le prince héritier Sidi Mohammed au palais de la Moncloa à Madrid. Au cœur des différents entre le royaume et l’Espagne dirigé par les très conservateurs membre du parti populaire figurent le Sahara occidental et le dossier de Sebta et Melilla.

Au début de ses mémoires, José Maria Aznar parle du Maroc avec un certain enthousiasme. D’ailleurs, il lui réserve son premier voyage officiel à l’étranger en tant chef de l’exécutif. C’était en mai 1996. Ses entretiens avec le roi Hassan réconfortaient son ambition de maintenir une bonne relation avec le voisin du sud.

La rencontre avec le prince héritier « n’était pas facile »

Dans son livre, Aznar révèle que sa réunion avec le prince héritier du Maroc, en visite à Madrid en 1997, « n’était pas facile ». Le futur Mohammed VI aurait demandé au Chef du gouvernement espagnole de modifier sa position sur le Sahara occidental, marquée par une neutralité passive de Madrid, et aborder les revendications souverainistes du royaume sur Sebta et Melilla.

José Maria Aznar assure dans ses mémoires qu’il a rejeté toutes les exigences marocaines. Selon lui Rabat « n’a pas bien jugé les intentions et les objectifs du nouveau gouvernement espagnol. C’est une erreur de calcul qui ne sera d’ailleurs pas la seule».

Tension avec Hassan II

En avril 1998, Aznar est de retour au Maroc dans le cadre d’une visite officielle. Cette fois, sa rencontre avec le roi Hassan II ne s’est pas bien terminée ; la cause : Sebta et Melilla. Les discussions étaient « davantage compliquées », reconnaît-il que celles tenues une année auparavant avec le prince héritier.

« A un moment, Hassan a prononcé le mot guerre, pour dire que son pays n’allait jamais la déclarer à cause de cette question (Sebta et Melilla). Il me paraissait que son commentaire n’avait pas lieu d’être et j’ai décidé, alors, de répliquer. Il me parait que votre position est bonne parce que en faisant la guerre contre l’Espagne, le Maroc la perdrait ».

La crise de l'îlot Persil : une grande erreur stratégique

Avec l’intronisation de Mohammed VI, les relations avec l’Espagne d’Aznar se sont nettement détériorées. Dans son livre, Aznar évoque le non-renouvellement de l’accord de pêche de 1995, arrivé à échéance en 1999. Une décision « inspirée » par Jacques Chirac, estime José Maria Aznar. Il ajoute même que l’ancien président français a pleinement participé à la « stratégie de pressions » menée par le Maroc sur l’Espagne sur le dossier de Sebta et Melilla.

La partie Maroc des mémoires d’Aznar se concluent avec l’affaire de l’îlot Persil ou Leïla. Pour l’ancien locataire du palais de la Moncloa, il s’agit « d’une erreur stratégique » de la part du roi Mohammed VI. Là aussi, il soutient que l'appui « sans équivoque » de Jacques Chirac, ainsi que la position de certains milieux politiques et médiatiques espagnols, ont influencé la décision du souverain marocain de dépêcher quelques gendarmes sur l’ilot Leïla.

Aznar a révélé dans son livre que le Chef des armées, l’amiral Antonio Moreno était contre une intervention militaire pour déloger les gendarmes marocains du "rocher" comme l'avait qualifié l'ancien secrétaire d'État américain, Colin Powell. Mais « ma décision finale, était que oui ».
avatar
laazib
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 08/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Aznar le Maroc ne te salue pas vad retro satana!

Message par laazib le Lun 9 Nov - 0:17

citation telquel.ma
Diplomatie. Les quatre vérités d’Aznar

L’ancien Chef du gouvernement espagnol revient sur huit années de relations orageuses avec le Maroc dans le deuxième tome de ses mémoires, L’engagement du pouvoir, publié il y a quelques semaines.

Après son investiture en tant que président du gouvernement espagnol le 5 mai 1996, José Maria Aznar doit choisir la destination de son premier voyage diplomatique. « Comme le veut la tradition, ou simplement une pratique habituelle, j’ai décidé que ma première visite officielle en tant que chef d’Etat se ferait au Maroc », écrit-il. L’occasion pour lui « de reconnaître la singularité des relations » entre les deux pays, « de transmettre un message de continuité quant aux éléments basiques de la politique extérieure espagnole », mais surtout d’effacer les « doutes » et les « suspicions » de Rabat suscités par la défaite des socialistes espagnols et l’avènement d’un gouvernement issu de la droite conservatrice. Au programme de la rencontre bilatérale : le Sahara, les accords de pêche, les enclaves espagnoles (Sebta et Melilia) et l’immigration illégale. Quatre « thèmes épineux » sur lesquels les deux royaumes ne parviennent pas à trouver un terrain d’entente, ni même à discuter sereinement. « Je voulais entretenir de bonnes relations avec le Maroc. Cela n’allait pas être facile », conclut l’auteur.

Hassan II l’énervait

José Maria Aznar a rencontré Hassan II à deux reprises, « un homme avec une immense expérience du pouvoir et implacable dans son exercice, qui avait survécu à de nombreuses tentatives pour le renverser. Lorsqu’il le jugeait nécessaire, il n’hésitait pas à se débarrasser de ses plus fidèles et loyaux collaborateurs ». Par ailleurs, le roi avait une propension à court-circuiter le gouvernement Aznar, en discutant directement des affaires d’Etat avec son homologue Juan Carlos. Une habitude jugée comme « un clair dysfonctionnement dans les relations bilatérales » et qui irritait profondément Aznar.

Lors de sa première visite au Maroc, le 27 mai 1996, Aznar a droit à « un cortège extraordinaire, une grande hospitalité, une cordialité totale ». Il garde alors un très bon souvenir de Hassan II. Pourtant, au cours de sa deuxième visite en avril 1998, son audience avec le souverain se révèle bien plus « compliquée ». En effet, lorsqu’il fait à nouveau part des revendications marocaines concernant Sebta et Melilia, Hassan II prononce le mot « guerre » pour illustrer le fait qu’il ne tient justement pas à la déclarer sur cette question. Piqué au vif, Aznar réplique du tac au tac : « Votre posture est la bonne car si le Maroc venait à faire la guerre à l’Espagne, il la perdrait ». Et de poursuivre dans ses mémoires : « Après dix minutes de silence, le roi m’a dit qu’il pensait que la conversation était terminée. Je lui ai dit qu’il y avait d’autres thèmes intéressants à aborder, […] on a fini par discuter de la création de l’euro ».

M6, le frère ennemi

En mai 1997, le prince héritier effectue un voyage à Cordoue et Madrid. Aznar décide alors de lui offrir « un déjeuner avec la plus grande considération protocolaire ». Encore une fois, « la conversation ne fut pas facile ». Inquiet pour le futur statut du Sahara à cause de l’entrée en vigueur du « Plan Baker » (plan de paix pour l’autodétermination du peuple sahraoui), le futur Mohammed VI « exige » que l’Espagne abandonne sa neutralité vis-à-vis de ce conflit territorial. Une exigence partagée par l’ensemble de la diplomatie marocaine, mais qui ne suffit pas à faire plier Aznar : « Je lui ai expliqué que l’Espagne maintiendrait sa position ».

Au cours du déjeuner, le prince héritier reproche cette fois au Chef du gouvernement ibérique son refus d’évoquer les revendications marocaines sur Sebta et Melilia. « Ma réponse lui a bien sûr déplu », écrit Aznar sans donner plus de détails, mais qu’on devine aisément. Ses rapports avec Mohammed VI sont encore plus tendus qu’avec Hassan II. A la mort de ce dernier, Aznar et le roi Juan Carlos se rendent à ses obsèques. En larmes, le souverain espagnol déclare alors à Mohammed VI : « Hassan II était comme mon frère aîné ». Ce à quoi le jeune roi répond : « Alors maintenant c’est moi qui suis ton frère aîné ». L’échange ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd : « Au vu de la politique étrangère du Maroc, j’ai immédiatement pensé qu’en revanche, le frère aîné de Mohammed VI était Jacques Chirac », écrit Aznar.

Complot avec la France

L’idée est récurrente. Pour José Maria Aznar, il ne fait aucun doute que la France et le Maroc entretiennent une étroite relation afin de « prendre l’Espagne […] en tenaille ». D’après lui, Mohammed VI s’est « aligné avec la France contre les intérêts de l’Espagne », tandis que le président Jacques Chirac, qu’Aznar déteste cordialement, se comporte en « paternaliste ». La crise diplomatique autour de l’îlot Leïla, qui a eu lieu en juillet 2002, illustre parfaitement sa vision des relations franco-marocaines : « Il est difficile de savoir ce qu’il a pris à Mohammed VI de commettre une erreur stratégique du calibre de l’occupation illégale de l’îlot Leïla. Sans doute l’appui sans équivoque qu’il a reçu de la France ».

Le 11 juillet 2002, quand Aznar apprend que l’îlot Leïla, revendiqué par l’Espagne, est occupé par une unité de gendarmerie marocaine, il prévient d’abord Juan-Carlos et appelle ensuite le Premier ministre marocain, Abderrahman Youssoufi, « un vieux socialiste et ami de l’Espagne, que je connaissais bien ». Mais Youssoufi déclare n’être au courant de rien, puis ne donne plus aucune nouvelle. Un comportement qui étaye la version d’Aznar, persuadé que l’attaque a été fomentée par le Palais et la France. Enfin, l’ex-dirigeant espagnol légitime sa contre-attaque démesurée (28 unités de commandos avec une aide de la marine et de l’armée de l’air) par la thèse d’une possible occupation marocaine de Sebta et Melilia. Malgré toutes les justifications possibles, cette crise diplomatique a définitivement entaché le mauvais souvenir qu’a laissé José Maria Aznar au Maroc. Un souvenir qui perdure encore.
avatar
laazib
Admin

Messages : 118
Date d'inscription : 08/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum